Se préparer à un examen : comment gérer la dernière ligne droite, partie 1

Vous travaillez depuis des semaines, voire des mois en vue de passer un examen. Vous avez appris, révisé, travaillé, vous avez fournir beaucoup d’efforts, et voilà la dernière ligne droite qui arrive. La dernière ligne droite avant l’examen. Le stress commence à monter, vous vous posez des questions, vous hésitez, vous commencez peut-être à ressentir une certaine peur. Et c’est là qu’il faut prendre le temps de vous poser un peu pour remettre les choses à leur place.

On ne peut pas être parfait… et on n’attend pas que vous soyez parfait

Il faut remettre les choses dans leur contexte. Si vous vous êtes préparé(e) de façon sérieuse et que votre professeur de FLE vous laisse aller à tel ou tel examen, c’est que vous avez le niveau. Première chose à garder en tête.

La deuxième chose, c’est que chaque examen correspond à un niveau bien précis. Donc, à moins de vous présenter au niveau le plus haut (et même là, il y a une marge d’erreur), on n’attend pas de vous la perfection. Pas du tout. Le jury sait qu’il s’agit d’un examen en langue étrangère. Le jury se base sur des référentiels, des documents, des grilles d’évaluation par niveau.

Vous serez donc évalué à votre niveau et pas par rapport à une absolue perfection.

Gardez cela à l’esprit pour vous apaiser. Personne n’attend la perfection de vous. On attend tout simplement que votre niveau corresponde au niveau demandé pour l’examen.

Ce qui n’est pas fait n’est pas fait

Il vous manque tel vocabulaire ? Vous n’avez pas fait telle ou telle chose ? Il y a un moment où, quand l’examen se rapproche, vous devez être très clair mais aussi ferme. Ce que vous n’avez pas fait, pas eu le temps de faire, ce n’est pas à 2 jours de votre examen qu’il faut commencer à l’apprendre frénétiquement. Faites attention, car vous risquez de vous mettre une pression inutile sur le dos, de déséquilibrer vos connaissances, de mal apprendre en faisant tout dans l’urgence et en état de stress. Si vous avez travaillé régulièrement et correctement, alors laissez ce que vous ne savez pas encore. On ne peut pas tout savoir, et comme je l’ai précisé plus haut, on n’attend pas de vous la perfection absolue. S’il vous manque quelques points, laissez-les. Il vaut mieux vous présenter de façon sereine, en tant qu’être humain imparfait, l’assumer et bien gérer toutes les connaissances que vous avez déjà, plutôt que de vouloir à tout pris tout apprendre en catastrophe et au final mettre votre tête dans un désordre phénoménal.

Il faut savoir lever le pied

Cela relève plus d’un travail personnel, d’un travail à faire sur soi-même, mais c’est très important. Avec votre examen qui approche, si vous avez travaillé régulièrement, il est temps de « lever le pied », c’est-à-dire de ralentir. La dernière ligne droite avant l’examen doit être axée sur votre concentration, votre état d’esprit et non sur les savoirs purs (conjugaison, grammaire…). Les savoirs linguistiques relèvent de la préparation à long terme, ils font partie de vos cours de langue. Les savoir-être (comment vous allez « être » pour l’examen) sont à accentuer sur la dernière ligne droite, notamment en laissant votre cerveau se reposer un peu. Vous avez suffisamment de choses à gérer, ne rajoutez pas une couche de conjugaison sur tout cela !

Changez-vous les idées

Votre examen approche et vous avez travaillé sérieusement et régulièrement ? Laissez vos livres et vos cahiers pour un moment et allez vous faire plaisir. Allez vous changer les idées, allez apprécier la vie, allez passer du temps avec des amis, allez voir l’exposition de votre peintre préféré.

Bref, changez-vous les idées afin de casser une éventuelle spirale de stress, car c’est tout ce que vous voulez éviter avant un examen.

Lire le deuxième article pour vous aider à mieux vous préparer avant un examen de FLE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.