Culture historique : qui est Richelieu ?

Je viens d’achever une biographie de Richelieu rédigée par Max Gallo. Je suis « tombée » sur ce livre au hasard de mes déambulations dans la bibliothèque municipale. Je ne savais pas trop quoi prendre, j’avais tout simplement comme fil conducteur d’emprunter des livres dont je pourrais vous parler. Donc, des livres d’auteurs français de préférence. Et comme le dit si bien la sagesse populaire « chassez le naturel, il revient au galop » (autrement dit, on ne peut pas se défaire de qui on est, on ne peut pas renoncer à ce qui nous plaît, ce qui « est nous »). Bref, j’ai pris un ou deux romans et avant d’avoir réalisé où j’étais, je me suis retrouvée au rayon « Histoire »…

Le fichier audio de cet article :

Richelieu, homme d’église, homme de pouvoir

Richelieu, de son nom complet Armand Jean du Plessis de Richelieu (1585-1642) est un homme d’état très influence du 17ème siècle. Cardinal, homme politique, proche conseiller du roi Louis XIII, il a été l’une des grandes figures du pouvoir du règne (régner) de ce monarque (roi). Sa carrière politique s’est déroulée à une période où le royaume de France était sujet à des troubles intérieurs (rivalités religieuses entre catholiques et protestants, rivalités familiales entre le roi et son frère, le roi et la reine mère Marie de Médicis) et des troubles à l’extérieur du royaume (guerres contre l’Espagne, tensions avec l’Angleterre, l’Italie…). Il semblerait que Richelieu ait vraiment été un « animal politique », une personne douée en politique, arrivant à se frayer un passage au milieu des complots, des rivalités, des jalousies et restant en position de pouvoir jusqu’à la fin de sa vie. Il décèdera en 1642, quelques mois seulement avant le roi Louis XIII, alors que le Dauphin, le futur Louis XIV n’a pas tout à fait 5 ans. Si Richelieu ne peut accompagner ce futur roi, il aura néanmoins réussi à transmettre cette charge à un homme dans lequel il a toute confiance, et qui s’acquittera de sa tâche avec rigueur : le cardinal Mazarin.

L’Académie française

En 1635, Richelieu fonde l’Académie française dont la « principale fonction (de l’Académie) sera de travailler avec tout le soin et toute la diligence possibles à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences » (article XXIV). Pour cela, « il sera composé un dictionnaire, une grammaire, une rhétorique et une poétique » (article XXVI), et seront édictées pour l’orthographe des règles qui s’imposeront à tous (article XLIV).

Si vous et moi sommes « maltraités » aujourd’hui, c’est bien à cause de l’Académie française et des règles édictées, car avant son avènement, la langue française écrite avait peu de codes et donc bien plus de souplesse… Tant pis pour nous 🙂

L’Académie française compte combien de membres ?

Cette institution compte 40 membres. Pour intégrer l’Académie française, il faut être élu par ses (futurs) pairs, c’est-à-dire par les autres académiciens. Une fois élu, on est académicien à vie. Les académiciens sont surnommés « les immortels » du fait de la devise « À l’immortalité » qui figure (qui est) sur le sceau donné à l’Académie par Richelieu, lors de sa création.

Qu’est-ce qu’un sceau ?

Le sceau est un objet ou un bijou, dont une extrémité est sculptée ou gravée, que l’on portait sur soi et que l’on imprimait en l’appuyant dans de la cire fondue afin de « signer » un document, une lettre. On dit par exemple, que le roi a apposé son sceau sur tel ou tel document. En faisant cela, il l’a signé / officialisé.

Le sceau et le cachet de cire étaient également utilisés dans les correspondances pour fermer les lettres ou les parchemins. On faisait fondre un peu de cire sur les rebords de l’enveloppe, on apposait son sceau et en séchant, ce « cachet » fermait la lettre. La seule façon d’ouvrir une lettre pour pouvoir la lire était de la « décacheter ».

Si aujourd’hui, en France, les sceaux sont, à de rares exceptions près, remplacés par des tampons, nous avons néanmoins conservé l’expression « décacheter » un courrier, « cacheter » un document. Nous parlons également de « sceller un accord », c’est-à-dire officialiser, signer, ratifier un accord. Cela fait encore une fois référence au « sceau », au « cachet de cire » qui servaient à « sceller » les décisions et les documents.

Pour en revenir à l’Académie française, les immortels une fois élus occupent un siège (et pas n’importe quel siège mais le leur) et ils sont actuellement 33. Je vous laisse aller voir le site de l’Académie française si vous le désirez, il y a même une rubrique « devenir immortel », on ne sait jamais, si ça vous tente !

Où en est le dictionnaire de l’Académie française ?

L’Académie française a donc été chargée, dès ses débuts, de rédiger un dictionnaire de la langue française. Je vous mets le site du dictionnaire de l’Académie française, où vous pouvez faire vos recherches 🙂

On pourrait penser que ce dictionnaire est une vieillerie hors du temps, sa première édition datant de 1694. Il n’en est rien, car comme le précisent les académiciens dans leur présentation de la nouvelle (et 9ème) édition : « D’une édition à l’autre, notre Dictionnaire a enregistré, balisé et mis en forme les modifications proposées par l’usage. L’Académie française a ainsi, en quelque sorte, officialisé les changements orthographiques voulus par la langue. »

Max Gallo

Max Gallo est l’auteur de cette biographie. Je ne vais pas vous en dire grand-chose, je voulais juste vous faire remarquer qu’avec cet ouvrage, la boucle est bouclée 🙂

En effet, Max Gallo a été élu en 2007 à l’Académie française. Voilà donc un académicien qui écrit la vie de celui à qui il il doit son immortalié…

Je vous propose une vidéo (pas de moi cette fois-ci !). Il s’agit d’une émission de vulgarisation historique consacrée justement, à Richelieu.

Cette émission est très intéressante, elle vous fera découvrir visuellement de nombreux lieux, châteaux, villes et villages de France. Vous aurez également beaucoup d’informations complémentaires sur Richelieu.

À 1h06, l’émission évoque la création de l’Académie française et nous emmène dans la bibliothèque de cette institution. Je vous recommande ce passage, il ne dure que quelques minutes.

Retour à au sommaire culture ou au sommaire littérature.

Cours de fle

Pour progresser en français avec un prof de fle expérimenté avec d’excellentes connaissances linguistiques, culturelles et interculturelles, je vous propose des cours particuliers en fle. Ces cours sont le meilleur moyen de progresser. En cours particulier de fle, vous bénéficiez de toute l’attention de votre enseignant, vous avez tout le temps de parole nécessaire, vous bénéficiez d’un cadre rassurant, vous avez le temps d’apprendre, vous prenez le temps d’aller à votre rythme sans vous soucier de suivre un groupe. Le cours particulier est la formule la plus pertinente pour progresser. En cours particulier, les supports sont pensés pour vous, les thèmes sont choisis en fonction de vos centres d’intérêts, les activités et exercices sont réellement adaptés à votre niveau. Vous vous faites plaisir, vous avez des supports conçus pour vous, créés pour vous, adaptés à votre niveau, à vos besoins et à vos objectifs. Si vous souhaitez vous faire plaisir en cours, réellement progresser, bien comprendre la culture française, si vous voulez vivre en expatriation en France et que vous avez besoin de comprendre la culture française, offrez-vous un cours particulier. Investissez dans votre réussite grâce à un cours particulier de fle.

Pour plus de renseignements sur mes cours particuliers, je vous invite à visiter la page dédiée à ces cours.

Investissez dans votre réussite, offrez-vous des cours particuliers.

2 Commentaires

  1. Ma prèmière connaissance de Cardinal Richelieu était dans mes cours Histoire des Antilles. Je n’ai pas su qu’il avait rien faire avec l’Accadémie Française. Quand e faisais mes études en Besançon, j’appris beaucoup mais restant dans un milieu anglais tout le temps n’a pas amélioré mon français. Si on est obligé parler le français on apprendra la langue.

    1. Effectivement, la meilleure façon d’apprendre une langue est d’être obligé(e) de la parler, cela complète bien ce que l’on apprend dans nos études.

Répondre à June Maxwell Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *