Le « ne » explétif

Bienvenue au royaume de la grammaire 🙂

Aujourd’hui, je vous propose d’explorer un « ne » un peu spécifique : le ne explétif.

Le « ne » quoi ?!!!

Le « ne » explétif 😉

Et le fichier audio bien sûr !

Bonne lecture et bonne écoute.

Observation

Je crains qu’il ne reste bloqué en route, à cause de la neige.

Il s’agit d’un « ne » qui n’a rien à voir avec une quelconque négation. Autrement dit, le « ne » explétif ne transforme pas une phrase affirmative en phrase négative. Il la laisse positive.

Et c’est là que c’est un peu trompeur.

Ce « ne » explétif s’emploie :

  • Avec un registre de langue assez soutenu.
  • Après certains subjonctifs (je sais que vous adorez le subjonctif).

Personnellement, je le qualifie de « ne » stylistique parce que dans la majorité de ses emplois, on peut le supprimer, mais quand on le laisse cela fait une phrase bien plus jolie et raffinée…

Si l’on reprend la phrase donnée en exemple :

Je crains qu’il ne reste bloqué en route à cause de la neige.

Il est tout à fait possible (mais bien moins élégant) d’écrire :

Je crains qu’il reste bloqué en route à cause de la neige = j’ai peur qu’il reste bloqué en route…

La signification de ces phrases est la même, c’est l’effet stylistique et le niveau de langue qui diffèrent.

Pourquoi le « ne » explétif n’est-il pas une négation ?

Excellente question !

Et bien parce que, vous l’aurez peut-être remarqué, quand on emploie ce « ne », on l’emploie seul, sans utiliser le « pas », qui est la deuxième partie de la négation. Et là on a un indice intéressant. En effet, une phrase négative comprend deux parties de négation : « ne »… « pas ».

Et à l’oral, on a tendance à raccourcir la négation en enlevant le… « ne » 🙂

Donc :

Négation complèteNégation orale
Je ne mange pas de chocolat.Je mange pas de chocolat.
Je ne lis pas de livre.Je lis pas de livre.
Je ne parle pas.Je parle pas.
Je ne veux pas.Je veux pas.
Je ne sais pas.Je sais pas.
Comparaison négation écrite & orale.

Comme on peut le voir dans le tableau ci-dessus, en français oral, lorsque l’on raccourcit la négation, on enlève le « ne » et on garde le « pas ».

Donc… une phrase qui a un « ne » mais zéro « pas », n’est pas une phrase négative ! (Sauf dans certains cas ultra littéraires, très rares : « je crains qu’il n’y parvienne » = je crains qu’il n’y arrive pas).

Voir la première partie de la vidéo :

Le « ne » explétif, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit donc d’un élément stylistique que l’on ajoute pour l’élégance et le raffinement d’un énoncé… mais pas n’importe où.

Dans quels cas utiliser le « ne » explétif ?

« Ne » explétif et locutions conjonctives

Ce « ne » explétif s’emploie après certaines locutions conjonctives : avant que, à moins que…

  • Il faudrait que tu partes avant qu’il ne soit trop tard.
  • J’irai à pieds, à moins qu’il ne vienne me chercher en voiture.
  • Je ne partirai pas en vacances à moins que je ne reçoive ma prime d’ici là.

Note : Avez-vous remarqué l’emploi du subjonctif dans ces énoncés ? « Soit » est la forme subjonctive présente du verbe « être », « vienne » est la forme subjonctive présente du verbe « venir » et « reçoive » est la forme subjonctive présente du verbe « recevoir ».

Car oui… le « ne » explétif s’emploie avec des locutions conjonctives qui impliquent un subjonctif.

C’est donc, on peut le dire, de la double peine grammaticale…

« Ne » explétif et expression de la crainte

Cette tournure est assez employée avec les verbes exprimant la crainte ou la peur :

  • J’ai peur qu’il ne soit en retard. .
  • Il est parti sans son manteau, je crains qu’il ne tombe malade.
  • Je crains qu’il ne soit arrivé un malheur.
  • Je redoute qu’il ne soit déjà parti.
  • Elle appréhende qu’il ne la quitte.

Notez là encore que la conjonction relative « que » déclenche un subjonctif.

Le « ne » explétif, expression d’une comparaison

Oui, mais pas n’importe quel type de comparaison. Pour déclencher un « ne » explétif, la comparaison ne peut pas être égalitaire comme dans les phrases suivantes :

  • Il nage aussi bien que sa soeur.
  • Elle est aussi sage que son frère.

La comparaison doit intégrer un élément d’inégalité : l’un est plus que l’autre, l’un est moins que l’autre, l’un est mieux que l’autre, l’un est pire que l’autre…

  • Jeanne nage bien mieux qu’il n’y paraît = on pense qu’elle nage mal, mais en réalité elle nage bien.
  • Elle parle plus qu’elle n’écoute, c’est bien dommage.
  • Il dessine mieux qu’il ne chante.
  • Je gagne bien moins d’argent que je ne le voudrais.

« Ne » explétif et négation

Vous pensiez que vous en aviez fini avec le « ne » explétif. Presque !

Si le « ne » explétif s’emploie dans les formes affirmatives des phrases, qu’en est-il de la négation ? Peut-on l’employer avec une négation ?

Et bien oui, et dans ce cas, il suffit d’ajouter la deuxième partie de la négation « pas » et cela transforme la phrase. D’un énoncé affirmatif, on bascule à un énoncé négatif. On a alors une phrase négative dégagée de toute prétention stylistique, une phrase négative « toute simple » :

  • « Ne » explétif : je redoute qu’il ne vienne avec ses amis, je les déteste = j’ai peur qu’il vienne avec ses amis.
  • Négation : je redoute qu’il ne vienne pas à ma fête = j’ai peur qu’il ne vienne pas à ma fête.
  • « Ne » explétif : j’ai peur qu’il ne soit trop en avance = j’ai peur qu’il soit franchement trop en avance (sous-entendu : et que je ne sois pas prêt).
  • Négation : j’ai peur qu’il ne soit pas en avance = j’ai peur qu’il soit presque en retard.

Enfin, pour vous y retrouver, faites confiance à votre intelligence et au sens des énoncés. Si on reprend certaines des phrases que j’ai données en exemples au début de cet article :

  • J’irai à pieds, à moins qu’il ne vienne me chercher en voiture.
  • Je ne partirai pas en vacances à moins que je ne reçoive ma prime d’ici là.
  • Je crains qu’il ne soit arrivé un malheur.
  • Elle appréhende qu’il ne la quitte.
  • J’ai peur qu’il ne soit en retard.

Si on essaie de les mettre à la forme négative sans un minimum de manipulation logique, on obtient des significations assez ridicules et grotesques qui n’ont plus beaucoup de sens :

  • J’irai à pieds, à moins qu’il ne vienne pas me chercher en voiture. (Un énoncé correct serait : j’irai à pieds s’il ne vient pas me chercher en voiture).
  • Je ne partirai pas en vacances à moins que je ne reçoive pas ma prime d’ici là. (Un énoncé correcte serait : je partirai en vacances à moins que je ne reçoive pas ma prime).
  • Je crains qu’il ne soit pas arrivé un malheur (non-sens complet à moins d’être un pervers psychopathe…).
  • Elle appréhende qu’il ne la quitte pas (même genre de phrase ridicule, elle a peur que son fiancé reste avec elle ?!!!).
  • J’ai peur qu’il ne soit pas en retard (ridicule !!).

Deuxième partie de la vidéo de cet article :

Faire les exercices sur le « ne » explétif.

Retour au sommaire de la grammaire française.

En utilisant les ressources gratuites de ce blog, vous vous donnez l’opportunité de travailler votre français, de faire des progrès en langue française, en grammaire et vocabulaire. Je mets à disposition des cours de français, des explications grammaticales et des exercices. Avec les exercices de fle, vous bénéficiez toujours d’une correction. Les cours sont disponibles sous différents formats, vous pouvez lire les articles de blog mais aussi voir des vidéos pour certains d’entre eux. Si vous préférez un format audio, vous pouvez avoir les fichiers audio afin d’écouter les cours comme un podcast de français authentique. Pour vous faciliter l’accès à ces fichiers audio en français, j’ai créé une page spéciale qui regroupe tous ces fichiers audio, vous la trouverez sur la page d’accueil de mon site. Vous pouvez écouter ces fichiers en suivant l’article de blog auquel ils se rapportent, mais vous pouvez également les télécharger et les écouter où vous voulez avec la liberté d’un podcast 😉

Si vous souhaitez faire plus d’activités, je vous propose également des cours et des ressources gratuites sur mon site de cours de fle, vous pourrez bénéficier d’études de documents authentiques pour vous aider à apprendre le français. Ces cours de perfectionnement en français incluent de la grammaire, du vocabulaire, des activités de compréhension orale ou de compréhension écrite. Ces cours vous aident à vous préparer au DELF et au DALF. Pour travailler de façon plus régulière, plus systématique et arriver à progresser plus rapidement en français, je vous propose également des cours de français en autonomie. Chacun de ces cours cible une thématique, un point linguistique précis et l’étudie en détail. Le cours a des supports variés, il est progressif et accompagné de beaucoup d’exercices et d’activités avec leur corrigé. Pour ces cours, j’utilise des documents authentiques. Je vous aide à préparer les examens DELF et DALF en approfondissant le pôle linguistique, la compréhension orale, la compréhension écrite.

Enfin, si vous souhaitez travailler de façon personnelle tout en étant très suivi(e), je vous propose également des cours particuliers de perfectionnement en français. Ces cours sont faits sur-mesure en fonction de vos besoins, des objectifs que vous voulez atteindre. Je peux vous mettre en condition d’examen, vous entraîner aux épreuves du DALF. Nous pouvons faire des entraînements à l’expression orale, comme le jour de l’examen, je pourrai vous corriger, vous guider et vous aider à comprendre ce qui est attendu de vous pour réussir votre examen. Les cour particuliers sont au tarif de 40€/ heure, si vous êtes intéressé(e), contactez-moi et nous verrons ce qui vous convient le mieux. Vous pouvez prendre quelques heures de cours particulier de fle, une heure si besoin ou des cours plus réguliers, c’est selon vos besoins. Il n’y a pas de minimum d’heures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *