« Moule à gaufres » et quelques autres insultes bien françaises

Une fois n’est pas coutume, je vous propose de nous écarter des chemins de la langue châtiée (correcte), pour nous intéresser à quelques insultes de la langue française. Disons plutôt qu’il s’agit d’une langue très familière, mais que l’on rencontre encore assez souvent dans la langue parlée, voire dans certains écrits. Et comme, au niveau perfectionnement en FLE, vous devez être capable de comprendre / utiliser la langue dans une très large gamme de registres, je vous propose aujourd’hui de voir quelques expressions très familières, parfois à la limite de l’insulte.

Moule à gaufres et Bachi-bouzouk, hurluberlu et ectoplasme

Quelques-unes des célèbres insultes du capitaine Haddock dans la bande dessinée Tintin. Ces insultes, dont la plupart ne sont pas de véritables insultes en réalité, sont tout de même passées dans le jargon français tant les BD de Tintin ont eu de succès en France. Un « moule à gaufres » n’est rien d’autre que l’appareil pour faire des gaufres. Rien de bien méchant, sauf que dans la bouche du capitaine Haddock très en colère, cela devient une insulte risible. Ce type d’insultes est donc utilisé d’une façon plutôt humoristique. Si vous souhaitez en savoir un peu plus sur les insultes et jurons du capitaine Haddock (avec explication des termes et vidéos à l’appui), je vous recommande cet article qui recense les 10 insultes et jurons cultes du capitaine Haddock. Tout un programme !

Un juron ou une insulte ?

D’ailleurs, connaissez-vous la différence entre une insulte et un juron ?

Une insulte est un terme péjoratif (négatif) envers une personne. On traite quelqu’un de « moule à gaufres » ou on lui dit qu’il / elle est « stupide ». Un juron quant à lui ne s’adresse à personne en particulier. Un juron sert à exprimer un sentiment : colère, frustration, énervement. Un juron typiquement français est le « merde ! » que l’on prononce et entend assez souvent.

Donc, pour résumer :

  • Dire à quelqu’un « tu n’es qu’une merde », est une insulte.
  • Se tromper, ne pas réussir quelque chose et lancer « merde alors », est un juron.

Espèce de con, couillon

Parmi les insultes les plus courantes, on retrouve le « con » et le « couillon » qui ne sont autres que les désignations de parties génitales. Le con étant le sexe féminin, un couillon étant « une petite couille » (ou testicule). Ces insultes sont tellement passées dans le langage commun que beaucoup de gens ignorent ce qu’ils sont en train de se dire 🙂

Mais si un jour on vous traite de con, vous pourrez répondre à l’autre que ce n’est qu’un pauvre couillon.

Et la coquille d’imprimerie dans tout cela ?

J’ai l’air de m’éloigner du sujet, mais soyez rassurés, il y a un lien avec la dernière insulte vue (couillon).

Vous le savez peut-être, quand un texte imprimé comporte une erreur (absence d’une lettre, lettres interverties), on parle de « coquille ». Mais connaissez-vous l’origine de cette expression ?

En fait, elle remonte à l’époque où le travail d’imprimerie se faisait à partir de lettres ou caractères physiques que les imprimeurs prenaient dans une boîte en bois (un casier d’imprimeur). Ils devaient aligner toutes les lettres du texte à la main. Ce travail fastidieux demandait beaucoup de concentration, mais malgré cela il arrivait que des lettres soient inversées ou oubliées.

Deux hypothèses cohabitent quant à la naissance de la « coquille » pour désigner une erreur dans les caractères d’imprimerie.

Pour l’une d’elle, il s’agirait d’un texte dans lequel le mot « coquille » devait être typographié, hors, suite à l’oubli de la lettre « Q », la « coquille » s’est transformée en « couille ». De quoi faire sourire les lecteurs !

La seconde hypothèse repose sur le mode d’entretien des machines d’imprimerie qui, à cette époque, était fait à partir de blanc d’oeuf. Or, de temps en temps, il arrivait que des morceaux de coquille restent dans la préparation et qu’ils arrivent dans la machine, bloquant / dérangeant les lettres et provoquant des erreurs… à cause de la coquille d’oeuf. D’où le nom de « coquille ».

Je vous laisse avec ces deux hypothèses, vous en trouverez le récit ainsi qu’un petit fichier audio sur ce lien si vous voulez travailler un peu plus ce sujet.

Bâtard et corniaud

Si aujourd’hui, lancer un « merde » à la cantonade ou traiter quelqu’un de « con » ne choque pas tant que cela, insulter une personne en lui disant qu’il / elle est un(e) bâtard(e), pourrait être plus délicat. En effet, cette insulte est plus puissante que « con ». Alors, un bâtard qu’est-ce que c’est ?

Un « bâtard » est un terme qui désigne un chien né de l’accouplement de deux chiens de races différentes ou d’un chien de race et d’un autre chien. Le bâtard a donc une certaine forme d’origine racée, « noble », même si le croisement de races ne lui permet plus d’être considéré comme un « pur sang ». Le bâtard est donc issu de races pures, mais n’est lui-même plus d’aucune race pure puisqu’il s’agit d’un mélange.

Ainsi, par extension, les enfants nés hors mariage étaient considérés comme des bâtards, de même que les enfants nés de l’adultère (une personne mariée ayant un enfant avec une autre personne que son/sa conjoint(e) officiel(le)), car on considérait là aussi qu’il y avait « perte de race ».

Traiter quelqu’un de bâtard est donc resté une insulte très forte que je vous conseille d’éviter.

Et un corniaud ?

Ce que je trouve fascinant avec ces histoires d’insultes, c’est qu’elles ne sont absolument pas classées de façon rationnelle. Si vous traitez une personne de « bâtard(e) », vous l’insultez fortement, mais si vous la traitez de « corniaud », cela va sembler plutôt gentil. Un corniaud est perçu comme une personne un peu bête, qui se trompe, parfois maladroite mais pas méchante. Or, un corniaud désigne à l’origine un animal issu du croisement, non plus avec au moins un chien de race, mais d’un croisement totalement au hasard qui ne permet pas de retrouver la / les race(s) d’origine. Si on parlait d’un chien, on dirait qu’il s’agit d’un « chien de gouttière », à l’opposé du chien de race. On voit qu’avec le « corniaud », on est tombé encore plus bas dans la hiérarchie des races.

Il est donc assez croustillant de voir que les Français considèrent que se faire traiter de « bâtard » est bien pire que de « corniaud », alors qu’en réalité, si on est outragé par l’insulte faite à nos origines, se fait traiter de corniaud est bien plus fort et bien plus insultant que bâtard. Mais j’imagine que « corniaud » a perdu de sa puissance par le fait que les gens ont tout simplement oublié ce qu’était un corniaud…

Crétin, âne bâté

Un crétin est à l’origine le terme désignant une personne atteinte de « crétinisme ». Il s’agit d’un mauvais fonctionnement de la thyroïde qui entraîne à son tour une déficience mentale et physique. Dans le vocabulaire courant, un « crétin » désigne une personne idiote, stupide. Traiter quelqu’un de crétin est à peu près au même niveau que « corniaud », c’est moins fort que « con » ou encore « bâtard ».

Mais tu n’es qu’un âne bâté ! Personnellement, j’ai un faible pour cette expression parce que j’adore les ânes. Je les trouve vraiment très mignons avec leurs grandes oreilles. L’âne a la particularité d’être un animal très fort, très robuste et qui peut être obstiné, borné. Un âne bâté est un âne sur lequel on met des sortes de paniers, des « bâts » afin de transporter de lourdes charges dans les sentiers et zones difficilement accessibles. Autrefois, les ânes étaient très utilisés lors des chantiers de construction dans les régions montagneuses car ils pouvaient, grâce à leurs bâts, porter beaucoup de matériaux et de matériels.

Traiter une personne d’âne bâté revient à lui dire qu’il / elle est un peu stupide et surtout très très têtu, obstiné(e).

Voilà pour ce petit tour d’horizon des insultes les plus utilisées dans la langue française. Il y en a bien d’autres, je vous l’accorde, mais j’ai dû faire des choix. Je reviendrai sur ce sujet une autre fois. En tout cas, n’hésitez pas à considérer les insultes et les jurons comme faisant vraiment partie de la langue française car vous pourriez avoir besoin de les comprendre pour décrypter un document. Savoir que « bâtard » ou « couillon » n’ont pas la même intensité est essentiel pour bien doser votre compréhension. Quant à comprendre que se faire traiter de « moule à gaufres » nous connecte au célèbre personnage du Capitaine Haddock dans la bande dessinée de Tintin est tout aussi utile au niveau perfectionnement.

Les insultes et jurons font partie des outils linguistiques à connaître une fois au niveau perfectionnement. Je ne vous dis pas d’aller insulter tout le monde 🙂 Je vous encourage juste à les comprendre d’autant plus qu’elles peuvent se retrouver assez facilement dans des dialogues, dans la littérature ou dans des films. Il s’agit en outre d’un élément culturel très fort. En matière d’interculturel, savoir quelle place ont les insultes dans une société, dans le langage, quelles insultes sont acceptables, quand, sous quelle forme et face à qui, est une connaissance pragmatique à avoir et je vous encourage à ne pas fermer les yeux sur ce sujet.

Si vous souhaitez progresser en français et améliorer votre niveau, je vous invite à venir suivre l’un de mes cours en autonomie. J’ai développé toute une série de cours de FLE pour le niveau perfectionnement. Ces cours vous permettent de travailler des points précis de votre compétence linguistique, qu’il s’agisse de grammaire, de compréhension orale, compréhension écrite, préparation au DALF et à sa méthodologie, approfondissement de votre compréhension des expressions françaises, vous trouverez votre bonheur sur mon site de perfectionnement linguistique en FLE.

Ces cours sont parfaits si vous souhaitez travailler en toute autonomie, à l’heure qui vous convient, au rythme qui vous convient. Lorsque vous achetez l’un de ces cours, vous gardez son accès à vie et bénéficiez de toutes les mises à jours et de tous les ajouts et compléments que j’y apporte avec le temps. Il est à vous une bonne fois pour toute.

Pour certains d’entre vous, travailler en autonomie n’est pas la forme d’apprentissage qui vous convient le plus. Et j’ai quelque chose pour vous ! J’ai voulu créer un cours unique qui vous permette de travailler votre français, d’améliorer vos compétences linguistiques tout en approfondissant votre compréhension de la France, des Français, de la culture française et de l’actualité française. Tout un programme, et pour ce programme, je suis avec vous. Je vous propose chaque mois un thème global que nous étudions et approfondissons au moyen d’articles de presse, de vidéos d’actualité ou d’archives, de documents audio et tout autre support pertinent pour mieux comprendre le thème étudié. Chaque mois, vous êtes en contact avec la vie en France, l’actualité et la culture. Pour bien comprendre ces documents, nous devons souvent poser des jalons historiques et culturels, et cela fait partie du cours. Je vous donne les clefs pour bien comprendre la France actuelle, et si besoin, nous faisons des détours historiques et culturels pour bien comprendre les choses. Je vous donne les bases qui vous aideront à monter votre niveau de compréhension, je vous offre les clefs nécessaires au décryptage interculturel pour bien comprendre la France et les Français. Et bien sûr, je vous propose d’étudier l’aspect linguistique et grammatical de ces supports.

Ce cours est unique, vivant, très riche, constamment mis à jour. Vous l’achetez une fois et vous en bénéficiez pour une année entière. Quand vous achetez ce cours, vous avez également accès aux archives des années précédentes. Quand vous arrivez à la fin de l’année de cours que vous avez achetée, vous gardez accès aux cours payés et si vous souhaitez continuer pour une nouvelle année, il vous suffit de vous réinscrire. Si vous achetez le cours pour 2023, vous avez accès aux archives de 2022, vous garderez tous vos cours de 2023 et si vous souhaitez continuer en 2024, il vous suffira de payer pour avoir accès au nouveau contenu. Si vous ne souhaitez pas payer pour une nouvelle année, vous gardez votre accès à 2022 et 2023.

Les cours de groupe sont enregistrés, si vous ne pouvez pas assister à l’un d’eux, vous aurez accès à son enregistrement vidéo. Ainsi, vous pouvez étudier à votre rythme, revoir les cours, y participer en direct ou étudier tranquillement dans votre point.

Ce cours est le meilleur investissement que vous pouvez faire pour améliorer votre français. Il vous met au coeur des problématiques de la société française qui sont nécessaires à connaître au niveau perfectionnement. L’accès aux archives vous permet de remonter le temps et de bien comprendre la société française et son évolution. De plus, contrairement à un livre ou à un cours figé, ce cours s’adapte constamment à l’actualité, il vous permet de vivre et comprendre en direct les évolutions de la société française.

Si vous devez investir dans un seul cours de français niveau perfectionnement, c’est bien celui-ci. Je vous invite à venir sur ma page de cours de FLE et vous inscrire au cours « perfectionnement FLE : cours intégral ». Je vous propose un tour d’horizon linguistique, culturel, politique, économique, sociétal, historique de la France qui va vous faire progresser comme jamais vous n’avez progressé.

 

 

2 Commentaires

  1. Merci pour cet article. C’est un leçon très important, c’est vrai que ces expressions peuvent se retrouver dans des dialogues français.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.