Couvre-feu : origine et explications

Reprise de ce billet en version audio 😉 Laissez-vous bercer et travaillez votre compréhension orale en même temps !

Téléchargez le fichier et emmenez-le où vous voulez. Faites du français version podcast !

« Couvre-feu », sens et origine de l’expression.

En raison de l’épidémie d’un certain virus, le président de la république française a instauré un couvre-feu dans plusieurs grandes villes de France.

Un couvre-feu, est une interdiction de sortir et de se déplacer à certaines heures, principalement le soir et la nuit. Lors d’un couvre-feu, les habitants sont invités à rester chez eux, sous peine de sanction.

Dans le cas de l’épidémie qui sévit actuellement en France et dans le monde, (et je devrais donc plutôt utiliser le terme de « pandémie » pour désigner une épidémie d’ampleur internationale), un couvre-feu a été mis en place afin d’essayer d’endiguer (ralentir, contenir) la propagation du virus.

Si vous connaissez la signification de cette expression « couvre-feu », en connaissez-vous l’origine, l’histoire et l’évolution ?

Couvre-feu, origine de l’expression

Il faut remonter au Moyen-Âge pour comprendre l’origine de cette expression française, et plus précisément au début du XIIIème siècle. À cette époque, les constructions étaient majoritairement en bois et assez denses dans certaines villes importantes. De plus, ces constructions pouvaient répondre à un schéma de croissance assez anarchique, sans plan d’urbanisation ou normes quelconques.

Ajoutez à cela que le moyen de cuisiner et de se chauffer était de faire du feu dans la cheminée, vous comprendrez aisément que ces pratiques, bien que nécessaires, pouvaient assez fréquemment conduire à des débuts d’incendies, le plus gros risque étant bien sûr la nuit, lorsque les occupants des maisons dormaient et ne veillaient plus sur le feu.

Afin de limiter les risques d’incendie, les cloches sonnaient à une heure donnée afin de signaler aux habitants qu’il fallait préparer leur feu en prévision de la nuit. Pour cela, les gens n’éteignaient pas (imparfait du verbe « éteindre » !) leur feu, mais couvraient les braises avec un couvercle en fonte percé de trous. Cela laissait les braises diffuser leur chaleur tout en évitant qu’une étincelle embrase le sol en bois et commence un incendie.

Des braises incandescentes

Il en allait de même pour les bougies et les lanternes qui pouvaient elles aussi provoquer des incendies : elles devaient être éteintes. Du coup, les maisons se retrouvaient dans le noir…

En outre, dans la mesure où l’éclairage public n’existait pas à cette époque, cela signifiait également que les gens restaient chez eux à partir de ce couvre-feu, et jusqu’au lendemain, quand on rallumerait le feu et qu’il ferait jour.

Par extension, cette expression a pris la signification d’une interdiction de sortir. Les couvre-feux correspondent généralement à des période spéciales de restriction des libertés. Ils ont lieu lors de conflits (guerres), ou comme c’est le cas actuellement en 2020, pour réduire les déplacements et contacts entre la population et ainsi essayer de limiter la propagation du virus.

La vidéo de cet article 🙂

Voir plus de ressources en français

Si vous souhaitez progresser en français de façon plus rapide et systématique, je vous propose des cours de français. Ces cours sont des cours particuliers durant lesquels je m’occupe uniquement de vous et je vous aide à progresser en fonction de vos besoins. Si vous devez améliorer votre compréhension orale ou écrite, nous travaillerons ces points particuliers. Si vous devez affiner votre expression orale ou écrite, je préparerai des activités pour cela.

Grâce aux cours que je propose, vous pouvez travailler un point particulier, préparer le DELF ou le DALF ou encore prendre des cours toute l’année pour améliorer votre niveau général. Vous êtes sûr que le programme du cours vous convient puisqu’il s’agit de cours sur-mesure !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.